• Que faire quand le ciel reste désespérément gris dehors et que les vacances se passent principalement à l'interieur de la maison ?

    De la pâte à sel et/ou de la pâte à modeler

    1. La pâte à sel : Facile à faire : environ 3 minutes de préparation, temps d'installation compris.

    Pas de risque d'intoxication car il y a uniquement des choses comestibles et le goût est de toutes façons assez atroce pour décourager un 2e essai.

    on peut poursuivre l'activité par la peinture des objets crées avec la pâte à sel......le combo pour les week end pluvieux.

    Par contre, la pâte à tendance à se déssécher du fait de la présence du sel.

    La recette est ultra simple :

    • 1 tasse de sel
    • 2 tasse de farine
    • 1 tasse d'eau tiède
    • des colorants alimentaires si envie

     2. La pâte à modeler maison

    Plus longue à préparer mais plus jolie, et du coup comme on ne fait pas sécher les objets on la garde pendant plusieurs jours. Par contre je crois qu'elle se garde au réfrigirateur .

    Vous pouvez trouver ici une recette assez simple (que je vais essayer de tester prochainement)

    La pâte à sel - à modeler

    Et si vos enfants sont en mal d'inspiration pour créer des objets allez voir ici, il y a plein d'idées

    La pâte à sel - à modeler

     


    votre commentaire
  • Les enfants sont toujours les premiers servis quand il s’agit d’améliorer le quotidien. Alors c’est vrai pas facile de savoir ce qui est pollué, voire toxique dans les jouets de nos têtes blondes. Il faut rajouter à ça la difficulté de savoir ce qu’il en ai réellement.

    Alors je vais tacher d’y reflechir et de mener une petite enquête (si le temps me le permet)

    Il semble que certaines marques de jouets en plastique ont banni le bisphénol et les phtalates comme Playmobil ou encore Légo.

    Le questionnement est important : jouet en bois ou en plastique? Quelle toxicité pour les peintures des jouets? Quelle provenance pour ce bois?

    Pas facile au milieu de tout ce made in china


    votre commentaire
  • Bientôt 3 mois d’allaitement avec ma petite deuxième et il faut déjà penser à la reprise du boulot. Même si j’espère pouvoir continuer de la nourrir au lait maternel, il faut bien qu’elle s’entraine avec un biberon pour les jours où elle ira chez sa nourrice.

    Il n’y a pas si longtemps la question des biberons ne posaient pas de souci particulier. D’ailleurs pour ma fille ainée, j’ai utilisé des biberons en plastique basique de chez Carrefour. Mais depuis quelques mois maintenant ce n’est plus aussi simple. La présence de Bisphénol A et de phtalates dans ces biberons en plastique serait nocive pour les enfants et pourrait provoquer des troubles de la stérilité et des malformations génitale….

    Bref encore une fois, pas facile de préserver nos enfants de toutes formes de pollution. Depuis heureusement, nos magasins français se sont mis à nous proposer des biberons sans ces produits. Ces biberons sont en polypropylène et non plus en polycarbonate. Pour faire la différence à coup sûr sur les biberons, il faut regarder le code inscrit en dessous :

    Ce logo logo ploycarbonate indique que le biberon est en polycarbonate, donc à bannir. En revanche logo polypropylène est utilisé pour le biberon en polypropylène, donc exempt de produits nocifs. Voir ici pour la classification complète des matières plastiques.

    J’ai donc cherché une alternative aux biberons nocifs : 2 choix

    - le biberon en verre : mais lourd et cassable, pour un petit bébé qui voudra ensuite boire tout seul. J’aime pas vraiment même si c’est le choix que nous avons fait pour ma grande.

    - Le biberon en polypropylène : j’ai donc cherche un modèle qui me plaisait dans cette matière, sachant en plus que ma petite puce étant habitué au sein risque d’avoir quelques difficultés avec les tétines classiques. J’ai retenu 3 marques qui m’ont paru pas mal :

    biberon                                                              biberon

    Le biberon green to grow                       le biberon tommee tippee                           et le biberon de chez Nuby

    Le premier bien qu’ayant une tétine large a une forme assez classique. les 2 autres ont une tétine qui doit reproduire le sein. Mais les biberons tommee tippee ne se trouvent pas facilement. Cet aprem, je vais donc aller faire un tour chez Aubert pour voir de quoi à l’air de bib Nuby et d’autres modèles si ils ont. Les essais biberons devraient commencer autour du 10 aout….verdict dans 15 jours donc ! Clin d'oeil


    votre commentaire
  • Parmi les challenges de l’année, il y a l’utilisation des couches lavables.

    1. Qu’est ce qu’une couche lavable?

    Contrairement à ce qu’encore beaucoup de monde pensent, les couches lavables ce n’est pas rétrogrades.
    Ce n’est pas un retour en arrière, pour moi c’est plutôt un pas en avant mettant à profit l’expérience d’hier et d’aujourd’hui.

    Aujourd’hui, il existe 3 grandes catégories de couches qui existe en taille unique évolutive ou en multi taille (comme les couches jetables)

    couche 

    - Le système couche + culotte de protection

    C’est à mon avis le système qui absorbe le plus. Mais c’est aussi celui qui fait le plus gros popotin. Les couches existent en différentes matières comme le coton ou le bambou et la culotte de protection peut être en laine ou en tissu « plastique »


    - Le système TE1 (comprenez tout en 1) TE1

    Il se divise en 2 catégories : les TE1 classiques et les TE1 à poche. J’ai personnellement une nette préférence pour les TE1 à poche que je trouve plus facile à laver et à faire sécher. De même que le système classique, il existe de nombreuses matières.

    La TE1 à poche fonctionne avec un insert que l’on glisse au milieu de la couche.

    Le principal inconvénient des TE1 normales, c’est le temps de séchage, car tout est cousu et l’épaisseur de tissu met plus de temps à sécher


    - Le système TE2 TE2

    C’est le système le plus récent. Il fait une synthèse des 2 premiers modèle : l’insert est accroché que la couche de protection.

    En théorie, on doit pouvoir changer uniquement l’insert. Mais en pratique, il semble que la culotte soit parfois à changer en même temps que l’insert.



    2. Avantages et inconvénients d’une couche lavable

    - Les inconvénients : je dirai qu’elle en ont très peu. Le lavage reste la principale contrainte, mais une fois organisé ça roule. Les tailles uniques ont comme inconvénients d’être moyennement adaptées aux ages extrêmes. Le nourrisson « flotte » dans une TU et inversement un enfant de 2 ans sera un peu juste dans un TU.

    - Les avantages : Il y en 3 principaux

    • L’ecologie : utiliser des couches lavables c’est autant de déchet en moins. Un enfant utilise en moyenne 5000 couches de la naissance à la propreté….je vous laisse imaginer la quantité de déchets par vous- même…. De plus les couches lavables sont dépourvus de produits chimiques qui sont d’ailleurs bien meilleur pour la peau fragile de bébé.
    • L’économie : les couches lavables sont assez chers au départ car il faut investir dans un certain nombre de couches de façon à pouvoir laver les couches et en avoir en stock. Au minimum, il faut compter 15 couches pour commencer ( environ 350 euros) soit mais l’idéal se situant autour de 25 couches (soit environ 550 euros). A contrario, vous dépenserez en moyenne 1500 € avec des couches jetables.
    • L’esthétique : une couche lavable c’est bien plus joli : à pois, en velours, de toutes les couleurs….un régal pour les yeux.

    Quelques liens pour finir de vous convaincre :
    http://www.ptitsdessous.com/?page=413&lg=1
    http://www.bebe-au-naturel.com/eveil,couches-bebe,couches,page,articles,mod,contenu,bio,1924-505.fr.html

    http://raffa.grandmenage.info/post/2005/06/13/Une_histoire_de_couches_pas_nettes%C2%85

    3. L’entretien des couches lavables

    L’entretien des couches lavables est peut être le point le plus délicat. En effet on s’aperçoit que les lessive classiques sont déconseillées car elles peuvent rendre les couches moins absorbantes. Chez nous, c’est la lessive maison qui est utilisée. Mais de nombreuses mamans utilisent la marque l’arbre vert.

    Le stockage des couches sales est possible de 2 manières : à sec ou dans de l’eau. Stocker dans l’eau permet un prélavage et donc des couches plus facilement détachées mais, l’eau doit etre changé régulièrement. A sec, le stockage est plus facile mais il faut détacher.

    4. Les couches lavables à la maison.

    Nous avons commencé les couches lavables quand Amélie a eu 1 mois environ. Avant les cuisses de bébé étaient trop menues et cela fuyait. Mais depuis que nous avons vraiment commencé, plus une seule fuite.

    Nous avons un stock assez mince d’environ 12 couches qui est un peu juste mais ca permet de commencer en douceur en mixant lavable et jetable et de ne pas perdre trop d’argent en cas d’arret de leur utilisation.

    Nos marques :

    - Les Bumgénius

    - Les Blueberry

    - Les Gro Baby

    5. Où trouver des couches lavables?

    Aujourd »hui, les couches lavables commencent à être plus accessible. On en trouve désormais en magasin spécialisé, mais l’offre la plus importante se trouve sur internet

    Pour ma part j’apprécie beaucoup ce site : http://lilinappy.com/

     


    votre commentaire
  • Depuis toujours il m’a toujours paru évident que si j’avais des enfants, je les allaiterai. Quand ma première petite fille est née c’est donc très naturellement que je l’ai mise au sein. Par chance, tout s’est déroulé sans aucune difficulté : elle a pris le sein tout de suite et a eu une bonne succion. Pour ma deuxième, la mise en place a été plus longue et plus difficile mais au final, je pense que je « maîtrise » mieux.

    Les règles d’or de l’allaitement

    1. Être motivé

    L’allaitement, bien qu’étant quelque chose de naturel, ne va pas de soi. Malgré une première expérience qui a assez bien fonctionné au début surtout, je me suis aperçue que ce n’était pas gagné pour autant quand ma petite numéro 2 est arrivée. Il m’a fallu beaucoup de motivation et d’obstination pour poursuivre l’allaitement. C’est cette volonté farouche de continuer qui m’a permis de ne pas lâcher.

    2. Le repos

    Après un accouchement le corps est fatigué et même si l’amour de bébé nous transcende et que l’on se sent forte, il faut s’obliger à se reposer car la lactation risque de s’en ressentir. Le plus simple pour se reposer étant de profiter des moments où bébé dort, même si la tentation de profiter de se temps libre pour s’occuper notamment de la maison est grander…..non Il faut se reposer….

    3. La confiance

    Que vient elle faire ici, me direz vous? eh bien c’est très important. Quand on allaite, on devient un sujet de curiosité et chacun veut y aller de son conseil. La meilleure attitude à avoir est de faire un tri par le vide…..faire l’huître. Car votre allaitement n’est pas celui de la voisine. Pour autant ne pas tout rejeter en bloc et les meilleurs conseils viendront souvent des mamans ayant réussi un allaitement. Mais n’écoutez pas les remarques du genre : « ton lait n’est pas bon », « ton lait n’est pas assez nourrissant »,  » ton bébé tête trop souvent, tu ne dois pas avoir assez de lait »

    Soyez sur de vous : le lait maternel est la meilleure chose pour votre bébé.

    4. Savoir trouver de l’aide

    Malgré tout, parfois quand on est un peu démuni face à une réaction de bébé par exemple il est bon de chercher du soutien. Pour moi le soutien est venu de ma famille et aussi des mamans de la LLL Leache League. Ne pas hésiter à les contacter dans chaque département, il y a des consultantes. On peut aussi trouver de l’aide auprès des sages-femmes et des médecins, mais tous ne sont pas forcement très « calés » en matière d’allaitement.

    L’allaitement dans le temps

    1. L’accouchement et la première tétée

    2. La montée de lait

    3. L’allaitement des premiers temps

    4. La lactation automatique

    Questionnement divers

    Comment je sais que mon bébé tête bien?

    Pourquoi mon bébé s’étrangle quand il boit?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique